dimanche 30 juin 2013

Le peuple égyptien manifeste




                                                


L'aspect social et revendicatif du mouvement égyptien passé sous silence, d'après un article de Médiapart du 1/7/2013 ( Pierre Puchot) et dans lequel Gilbert Achcar, professeur à la School of Oriental and Afric Studies à Londres, auteur de Le peuple VEUT, est interviewé.

5544 manifestations en cinq mois, 42 manifestations par jour, selon le Dailynews Egypt mais les médias européens ne prêtent guère attention à l'aspect social de ce que l'on peut appeler la Révolution égyptienne. Pourtant les mouvement de grèves sont toujours d'actualité et les syndicats sont au front des revendications. A ce sujet, une nouvelle centrale syndicale, la FITU, forte de deux millions d'adhérents a vu le jour.
Les grèves ont touché tous les secteurs, publics comme privés, de l'industrie comme des services. Une des grandes revendications est l'instauration d'un salaire minimum et maximum. Cependant et pour l'instant, les luttes sociales restent sectorielles, sans mot d'ordre unificateur au niveau national.

Le gouvernement adhère aux thèses du FMI, dont on connaît l'efficacité et, se trouve coincé dans sa logique, dans son refrain néolibéral: capitalisme à court terme sans industrialisation et investissement durable, dérégulation au profit du secteur privé, avec comme passif les milliards détournés par l'ancien régime au profit des grandes familles. Corruption et paradis fiscaux, les deux mamelles...Il n'est pas étonnant que le chômage atteigne des niveaux record, surtout chez les jeunes.

Interview de Gilbert Achcar, France 24


                                                




                                                  

lundi 3 juin 2013

Images, les peuples manifestent

Manifestations en Espagne


                          
Manifestation en Turquie


                                                                 


Manifestation en Grèce
Manifestation à Francfort, contre l'austérité en 2012....
       
Manifestation de chômeurs en Algérie


http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2013/05/27/pas-de-fausse-note-pour-la-gay-pride-1481415/27737730-1-fre-FR/Pas-de-fausse-note-pour-la-Gay-Pride_reference.jpg
En France, c'est beaucoup plus sympa, comme on peut le voir: tout va bien


Par contre au Brésil, cela ne va pas du tout


Citoyens chiliens plutôt mal barrés dans un ruck...
Je pourrais continuer et remplir l'espace de mon blog. Parlons franchement: dans tous les pays du monde, les citoyens en prennent plein la gueule. Revenons au langage soutenu: n'y aurait-il pas un dysfonctionnement dans les démocraties?



La France à la botte des idées fixes de Bruxelles avec le professeur Barroso, en chef d'orchestre de la concurrence déloyale des pays à bas salaire sans protection sociale (lire à ce sujet la nième injonction de la Commission qui veut imposer la concurrence à bas coût sans compensation, sans niche fiscale, ce qui risquerait de mettre plusieurs dizaines de milliers de personnes aux chômage aux Antilles, par contre pour les paradis fiscaux , on attend toujours les mesures...)


La deuxième Conférence sociale s'est achevé le 21 juin par des annonces du gouvernement sur la réforme des retraites et les mesures en faveur de l'emploi. En ce qui concerne l'emploi, une réunion entre syndicat et patronat sera organisée dès le mois de juillet pour "recenser les besoins et mobiliser les financements" afin de faire entrer 30 000 demandeurs d'emplois en formation. L'objectif, louable, est de s'attaquer au problème des emplois non pourvus. Le gouvernement désire aussi accélérer les négociations sur le Contrat de génération, un seul secteur, celui des assurances, ayant signé un accord sur l'embauche des jeunes et le maintien en emplois des seniors. Pour les emplois d'avenir, le taux pourvu  est de 30 000 postes aujourd'hui; le chiffre de 100 000 devrait être atteint à la fin de l'année
Le chiffre d'un peu plus de 100 000 emplois non pourvus a été annoncé, ajoutés aux 100 000 emplois avenir, c'est environ 200 000 emplois qui seraient créés avant la fin de l'année.



Que réprésentent ces mesures en regard des chiffres du chômage? Un rappel, un triste rappel:

  - 39 800 nouveaux inscrits en avril 2013 qui s'ajoutent aux 3 264 000 de personnes sans emplois pour le 24ème mois consécutif de hausse du nombre de demandeurs d'emplois;

  - 4,8 millions de chômeurs en catégories A,B et C, soit une hausse de 1,2% sur un mois (avril) et de 10,8% par an, pour l'instant. Les chômeurs de la catégorie A sont ceux qui n'ont pas travaillé du tout, ceux de la catégorie B sont ceux qui ont travaillé moins de 72 heures et ceux de la catégorie C sont à la recherche d'un emploi et ont travaillé plus de 72 heures.


Jean-Paul Fitoussi est docteur en Sciences Économiques, professeur des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris. Il a été membre du Conseil d'analyse économique et Président de l'Observatoire français de conjoncture économique (OFCE) de 1989 à 2010. Keynésien, cet universitaire de renommée internationale travaille sur les théories de l'inflation, du chômage et sur le rôle des politiques macroéconomiques. Il dénonce aussi "la volonté excessive de rentabilité de la part des détenteurs du capital financier".


"Le gouvernement peut utiliser l'ingénierie sociale, c'est à dire la création d'emplois jeunes, les contrats de génération, des CDD pour pourvoir les postes vacants mais, il ne peut pas avoir un grand projet de relance de la croissance économique qui, seul, pourrait créer des emplois de façon pérenne, à cause des règles que nous avons décidées avec les autres pays européens et sur lesquelles nous ne pouvons revenir. Les Américains comme les Japonais ne se préoccupent pas de règles budgétaires et de règles de déficit public: ils se préoccupent d'emplois. Donc, l'Europe pourrait absolument faire la même chose, surtout dans la phase actuelle où on sait très bien qu'on a perdu plus de cinq années de croissance.
Dans la période actuelle, il faut tout faire, utiliser tous les moyens possibles et imaginables pour réduire le nombre de chômeurs. Tous les moyens même ceux qui sont apparemment insensés car ce qui est insensé c'est d'avoir un taux de chômage aussi élevé dans des régimes démocratiques." 



En attendant que les voix de la raison soient entendues, le gouvernement Hollande colmate les brèches d'un navire en train de sombrer. 

Jusqu'où peut aller cette politique déshumanisée du tout économique qui tolère les paradis fiscaux, la fuite devant l'impôt des riches, des grandes société? Quels sont les résultats de la politique ultralibérale de l'Europe, de l'économie du tanker? Comment l'Europe met les pays à genoux et tolère que ses citoyens ne puissent plus se soigner, n'aient plus les moyens de se déplacer ni de s'éclairer? Un petit aperçu du désastre économique et social avec cette vidéo. Le pire est que certains que l'on pourrait ranger dans la catégorie des fascistes économiques rejettent la faute sur le peuple grec. Cette politique du bouc émissaire a été employée par le précédent gouvernement français vis à vis des fonctionnaires notamment. La violence économique, pendant que d'aucuns piochent allègrement dans les caisses de l'état ou planquent l'argent en Suisse. Une honte.

 De  nombreux économistes s'élèvent contre les politiques actuelles des états sous la coupe des instances irresponsables de l'Europe, Pierre Larrouturou, ingénieur, homme politique et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris  est une de ces voix de plus en plus nombreuses qui s'élèvent contre l'inadéquation de l'économie à l'intérêt général. Voici quelques extraits d'une interview de Médiapart datant du 11 novembre 2011 et toujours d'actualité puisque rien n'a changé.